Isolation Energ-Ethic © 2010                    

 

 

 

L'Etanchéité à l'air

 

 

En fait, c’est probablement ici que nous aurions dû commencer le site et nos explications, car c’est ici dans cet énoncé que se situe la base de toute isolation réfléchie et efficace : l’étanchéité à l’air.

 

Pour prendre une image, c’est comme si – partant aux sports d’hiver – vous aviez investi une quantité d’argent certaine dans des gants, des sous-gants, une cagoule, des polars, des chaussettes en laine de mérinos … et que vous marchiez dans la neige en TONG !!!

 

Il est également indispensable de préciser que l’étanchéité à l’air n’empêche pas – et de loin – une ouverture large à la diffusion de vapeur d'eau.

 

L'enveloppe du bâtiment

 

L'enveloppe, qui constitue la carcasse de la maison, protège les occupants des éléments; elle comprend les murs et le plancher du sous-sol, les murs au-dessus du niveau du sol, le toit, les fenêtres et les portes.

 

On attend beaucoup de l'enveloppe : elle doit fournir un support structural aux murs et au toit, empêcher la structure de se détériorer, permettre un éclairage naturel à l'intérieur et offrir une voie d'entrée et de sortie.

 

Enfin, l'enveloppe du bâtiment doit séparer l'environnement intérieur confortable du climat extérieur inconfortable, qu’il soit trop chaud ou trop froid.

 

Pour protéger notre environnement intérieur, l'enveloppe doit contrôler le flux de chaleur, d'air et d'humidité de l'intérieur de la maison vers l'extérieur.

 

L'enveloppe du bâtiment et le flux de chaleur

 

On tente de construire des habitations qui ne chauffent pas l'extérieur et gardent la chaleur à l'intérieur.

 

Mais la chaleur se déplace vers les endroits où il y a une différence de température.

 

En fait, la chaleur passe des zones chaudes aux zones froides.

 

Nombreuses sont les personnes qui croient que la plus grande partie des pertes de chaleur se fait par le plafond à cause de la tendance de l'air chaud à s'élever.

 

Ceci n'est pas toujours le cas.

 

Le déplacement de la chaleur se fait dans toutes les directions – vers le haut, vers le bas ou vers les côtés – mais toujours d'une zone chaude à une zone froide.

 

Ainsi, dans le cas d'une pièce chauffée située au dessus d'un garage non chauffé, la chaleur se dissipera-t-elle par le plancher.

 

De la même façon, des pertes thermiques peuvent se faire par les murs extérieurs, que ce soit au sous-sol (ou dans un vide sanitaire) ou au-dessus du niveau du sol.

 

Le déplacement de la chaleur s'effectue toujours vers le froid.

 

Le rôle de l'enveloppe du bâtiment est de contrôler le flux de chaleur entre l'intérieur et l'extérieur.

 

L'enveloppe du bâtiment et le flux d'air

 

Le flux d'air incontrôlé à travers l'enveloppe se révèle une source importante de perte thermique et entraîne d'autres problèmes.

 

Puisque l'air chaud peut contenir une grande quantité de vapeur d'eau, la circulation de l'air constitue également la principale voie par laquelle l'humidité est amenée dans l'enveloppe.

 

En hiver, l'air circule à travers l'enveloppe du bâtiment.

 

L'air qui sort de la maison contient de la chaleur et de l'humidité, tandis que l'air qui entre, est sec et crée de désagréables courants d'air.

 

Pour que l'air circule d'un côté à l'autre, il doit y avoir un trou dans l'enveloppe et une différence de pression d'air entre l'intérieur et l'extérieur.

 

La différence de pression d'air peut être causée par un ensemble de divers facteurs comme :

 

L'effet du vent.

 

Lorsque le vent souffle contre la maison, il crée une zone de haute pression du côté exposé au vent et l'air pénètre à l'intérieur.

 

Il existe une zone de basse pression du côté abrité du vent (et parfois des autres côtés) où l'air est expulsé de la maison.

 

L'effet de cheminée.

 

Dans une maison chauffée, l'air chaud moins dense s'élève et prend de l'expansion pour créer une zone de pression plus élevée près du niveau supérieur de la maison.

 

L'air s'échappe par les trous au plafond et les fissures autour des fenêtres de l'étage supérieur.

 

La force de l'air qui s'élève crée une pression plus basse près du niveau inférieur de la maison, et l'air extérieur pénètre par les fissures et les ouvertures aux étages inférieurs.

 

L'effet de la combustion et de la ventilation.

 

Les appareils qui brûlent du combustible comme le bois, le mazout ou le gaz naturel ont besoin d'air pour assurer la combustion et donner le tirage nécessaire dans la cheminée.

 

Les cheminées et les foyers ouverts tendent à évacuer beaucoup d'air. Cet air doit être remplacé, et l'air extérieur sera aspiré à travers l'enveloppe du bâtiment.

 

C'est pourquoi on remarque souvent qu'il y a des courants d'air dans une pièce où un feu brûle dans le foyer.

 

Cet effet peut également être causé par les ventilateurs dans la cuisine et la salle de bain, les systèmes d'aspirateur central, les hottes de certaines cuisinières, les séchoirs et autres ventilateurs d'extraction.

 

L'enveloppe du bâtiment et l'humidité

 

Sous toutes ses formes, l'humidité est l'une des principales causes de dommages aux composants de construction.

 

L'humidité peut causer l'effritement du béton, le pourrissement du bois et l'écaillage de la peinture.

 

Elle peut aussi endommager le plâtre et les tapis.

 

L'humidité peut se présenter sous forme solide, liquide ou gazeuse (vapeur d'eau).

 

Elle peut provenir de l'extérieur, par exemple d'une nappe d'eau souterraine, de la glace, de la neige, de la pluie, du brouillard et du ruissellement, ou de l'intérieur sous forme de vapeur d'eau produite par les occupants de la maison et leurs activités comme le lavage, le nettoyage et la cuisson, ou par des humidificateurs.

 

Sous ses différentes formes, l'humidité peut pénétrer dans l'enveloppe du bâtiment de nombreuses façons :

 

La gravité.

 

L'eau qui s'écoule d'un toit ou la condensation qui descend le long du vitrage d'une fenêtre démontre bien la façon dont la gravité tire l'eau vers le bas.

 

L'action capillaire.

 

L'eau peut aussi se déplacer de côté ou vers le haut par action capillaire. L'action capillaire dépend de la présence de petits interstices, dans le matériel de revêtement extérieur ou les matériaux poreux, tels que le béton ou la terre. (On n'a qu'à penser à des essuie-tout qui absorbent l'eau.)

 

La diffusion.

 

Les vapeurs d'eau peuvent également pénétrer dans les matériaux par diffusion.

 

La diffusion dépend de la différence entre la pression de la vapeur d'eau et la résistance des matériaux à cette pression.

 

Le mouvement de l'air.

 

L'humidité sous forme de vapeur d'eau est transportée par l'air en mouvement à un endroit où il y a une fuite d'air. Par exemple, une fissure dans l'enveloppe de la maison pourrait laisser pénétrer de l'humidité.

 

Un flux d'air à travers un petit trou dans l'enveloppe peut laisser entrer beaucoup plus d'humidité que la diffusion à travers les matériaux du bâtiment.

 

La condensation

 

La vapeur d'eau devient un problème lorsqu'elle se condense en liquide.

 

Cela se produit lorsque l'humidité relative est de 100% et que l'air ne peut contenir plus de vapeur d'eau.

 

Un bon exemple est la condensation sur les fenêtres.

 

Lorsque l'air entre en contact avec la fenêtre froide, il perd de la chaleur.

 

Comme l'air devient plus frais, il ne peut plus contenir toute la vapeur d'eau; il se produit alors de la condensation sur la surface de la fenêtre.

 

Si la fenêtre est très froide, la condensation formera du givre.

 

Comme la surface intérieure d'une fenêtre à simple vitrage est plus froide que celle d'une fenêtre à double vitrage, les problèmes de condensation ou de givre seront plus fréquents avec les fenêtres à simple vitrage, même lorsque le taux d'humidité est peu élevé.

 

La condensation se formera plutôt dans les endroits humides de la maison, tels que la cuisine et la salle de bain.